L’actu en Science – 28 février

Salut à toutes et à tous,

cette semaine on en remet une couche sur l’alimentation et la santé (cf. nos actualités du 15 février), mais cette fois-ci on rapporte une étude qui tend à démontrer que les organismes de santé publique pourrait économiser beaucoup d’argent si un système de taxes et de subventions étaient employées sur certains aliments ce qui, à priori, orienterait le choix des consommateurs vers des aliments moins problématiques pour la santé. On parle aussi de Zealandia, une nouvelle masse continentale qui crée des remous dans la communauté des géologues !

Le sucre, une molécule dont l’abus (intentionnel ou non) conduit à bien des maladies au même titre que certains acides gras et bien d’autres molécules présentes dans nos produits d’alimentation modernes (Crédits : UWE Hermann via Flickr)

Subventions au secours de la santé ?

Nous sommes tous au courant que nos habitudes alimentaires, dans les pays industrialisés du moins, conduisent un bon nombre d’entre nous à développer des maladies pourtant évitables : on peut notamment penser aux diabètes de type 2 ou aux obésités, par exemple. Des chercheurs Australiens se sont penchés sur la question suivante : si les aliments sains étaient subventionnés alors que les aliments nocifs étaient davantage taxés, que se passerait-il ?

Ils ont, pour répondre à cette question, effectué une modélisation comprenant les maladies liées à l’alimentation, les coûts pour la santé publique et les fluctuations des prix. Les auteurs rapportent que ce qui aurait l’impact le plus positif sur la santé des consommateurs serait une taxation sur le sucre suivie d’une taxation sur le sel. Selon ce même modèle, subventionner les fruits et les légumes n’aurait, à priori pas un impact fort sur la santé mais permettrait de rétablir l’équilibre budgétaire des consommateurs. Ce type de modélisation est encore limitée par le fait qu’elle n’inclut pas tous les choix possibles (viandes et poissons notamment) et ne permet pas vraiment de distinguer comment modifier le prix de certains produits de base affecterait celui de certains produits dérivés ou tout-préparés. Donc ce n’est encore qu’un début de piste dans cette direction.

Il reste, par ailleurs, des problèmes majeurs dans cette approche qui est somme tout utopique. Les aliments et les portions préconisés par le gouvernement sont-ils nécessairement bons pour la santé ? Il est bien connu que les guides nutritionnels varient en fonction des pays et en plus ceux-ci changent au fur et à mesure des années. Qui plus est, on est en mesure de se questionner sur l’existence de conflits d’intérêts. Certains de ces guides pourraient être influencés par des facteurs économiques ou politiques, voire du lobbying de certains groupes agro-industriels. Ainsi, une approche utopique d’orientation de notre consommation est à prendre avec précaution : qui fixerait les règles nutritionnels et les quotas ? Quels produits pourraient bénéficier de ces subventions (produits transformés ou bruts) ? Qui auraient le consommateur, donc l’humain, comme préoccupation et non d’autres intérêts ? Qui vérifierait le bien-fondé de ces décisions ? Autant de questions à méditer…

Un article intéressant sur un sujet connexe a été écrit par Le Monde tout récemment sur la guerre des prix entre distributeurs et fournisseurs : Guerre des Prix, tensions dans les négociations entre grande distribution et producteurs. Changer pour le mieux, médicalement parlant, nos habitudes alimentaires par le biais des lois est intéressant mais comme on le voit les intérêts économiques entraînent déjà des dérives.

La Nouvelle-Zélande prise depuis la Station Spatiale International

Un nouveau continent

Il ne s’agit malheureusement pas de l’annonce de la découverte de l’Atlantide ou du continent de Mu mais de ce qui semble être effectivement un nouveau continent géologique bordant l’Australie à l’est. Cette nouvelle plaque porterait la Nouvelle-Zélande ainsi que la Nouvelle-Calédonie. Ce nouveau continent appelé, pour l’instant, Zealandia aurait composé 5% de l’ancien super-continent Gondwana. Cependant, et malgré les différentes preuves apportées par les relevés géologiques en Australie, Nouvelle-Zélande et Nouvelle-Calédonie, la communauté scientifique n’est pas unanime sur le sujet. De nature similaire au débat sur la rétrogradation de Pluton de planète à planète naine, le fait d’ajouter un nouveau continent géologique modifierait notre perception de la structure de la Terre. Ce n’est donc probablement pas demain que les cartes afficheront Zealandia dans les manuels scolaires et les livres universitaires. Il n’en reste pas moins que la remise en question des connaissances établies est un travail nécessaire à la science. Pour ce qui est de ce nouveau continent, il s’agit d’une affaire à suivre quand à son officialisation.

 

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à nous rejoindre sur Facebook ou sur Twitter !

Explorons le passé, interrogeons le présent et rêvons le futur sur Sci&Fi.
C’était l’Archeo-ranger et le Conteur pour Sci&Fi, transmission terminée…

Références :
Cobiac, L.J. et al. (2017) Taxes and Subsidies for Improving Diet and Population Health in Australia: A Cost-Effectiveness Modelling Study. Plos Medicine.
Mortimer, N. et al. (2017) Zealandia: Earth’s Hidden Continent GSA Today.

 

Crédits visuels :
Lump Sugar, Uwe Hermann via Flickr.
New Zealand in Sunglint, NASA, membre non spécifié de l’équipage d’Expedition 42

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *