L’actu en Science – 29 juin

Salut tous et à toutes,
cette semaine dans les actualités en Science : la particularité du medium photographique et le lien entre pratique religieuse et suicide.

Photographies argentiques et Objectifs

Les souvenirs sur pellicules

La photographie est un art complexe qui tend à capturer, par l’image seule, un moment précieux ainsi que les ressentis qui l’entourent. Avec le développement et la plus grande accessibilité des appareils photographiques, il a été noté que la photographie était parfois utilisée comme un moyen de conserver de manière externe des informations visuelles ; une sorte d’aide-mémoire. Cependant une étude démontre que la photographie augmente la capacité à enregistrer de manière efficace des informations visuelles. Il a été observé que la réalisation d’un photo induit un état d’attention accrue quant aux détails des lieux et objets vus. Cela s’effectue cependant aux dépens des informations auditives qui sont, elles, moins bien capturées.
Notre manière de capturer des images va moduler notre manière de les mémoriser. Nous avons le choix d’utiliser la photographie comme une extension externe de notre mémoire ou de concentrer notre attention pour capturer plus en détails ce que l’on observe afin de mieux les conserver dans nos souvenirs. Cette deuxième possibilité à un coût, l’attention portée aux images diminue celle de nos autres sens comme l’ouïe et le toucher et réduit donc les dimensions du souvenirs enregistrés.

Le suicide n’est pas une solution, religion ou non (via Wikimedia)

Religion et prévention du suicide, une efficacité contrastée

Être religieux protège-t-il du suicide ? Pas si simple, répond une chercheuse de l’Université du Michigan qui a analysé plus de 20 ans de données médicales dans 42 pays.

Il est évident que les attentats terroristes sur fond de Djihad que nous connaissons en Europe nous a amené à nous questionner sur le rôle de la religion dans le désir d’une personne d’ôter sa propre vie, quitte à heurter physiquement ou psychologiquement ceux autour d’eux.

Pour entreprendre sa recherche, la chercheuse a d’abord posé la définition suivante : si une personne assistait à au moins une cérémonie religieuse par mois alors elle était classée comme étant religieuse. Elle a alors basée ses recherches sur deux la base données de Mortalité de l’OMS et le World Values Survey qui est une enquête internationale sur l’évolution des valeurs et croyances personnelles. Elle a pu dès lors corréler les données de suicides et de religiosité.

Elle a trouvé qu’en Amérique (Nord et Sud) et en Europe du Nord et de l’Est la participation à une religion semble prémunir en partie du suicide. En Europe du Sud et de l’Ouest dont chez nous en France ainsi qu’en Asie du Sud Est, la religiosité semble être associé  un plus fort taux de suicide.

Il est évident que les normes locales et les conditions socio-économiques y sont pour beaucoup et sont donc des cofacteurs de ces tendances. Il en résulte que cette étude contradicte la présomption habituelle qui est de penser qu’être religieux prémunit du suicide.

Si vous ou l’un de vos proches est concerné par des problèmes de ce type n’hésitez pas à contacter les services de prévention du Suicide. Aider et faites vous aider.

 

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à nous rejoindre sur Facebook ou sur Twitter !

Explorons le passé, interrogeons le présent et rêvons le futur sur Sci&Fi.
C’était l’Archeo-ranger et le Conteur pour Sci&Fi, transmission terminée…

Références :
Photographic Memory: The Effects of Volitional Photo Taking on Memory for Visual and Auditory Aspects of an Experience
Hsieh (2017) A Global Perspective on Religious Participation and Suicide.  Journal of Health and Social Behavior

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *