Le Conteur

Productions faites par Hans, le conteur de Sci&Fi.

Critique Docu – Private Life of a Cat

Salut à toutes et à tous,

En attendant le retour de l’Esperluette, Hans vous présente la première vidéo d’une série expérimentale de critiques de documentaires. Du nanar aux blockbusters, beaucoup de vidéos décryptent les films de fictions mais quid des documentaires ? Cette série sera l’occasion pour nous de vous présenter des documentaires qui nous ont marqué, que ce soit par leur contenu ou leur forme, et que nous avons envie de vous faire découvrir.

Dans ce premier épisode, nous traiterons de Private Life of a Cat, datant de 1947, ce qui en fait l’un des premiers documentaires animaliers, rendu possible par l’apparition des caméras portatives. En noir et blanc et muet, ce document possède malgré tout un montage et une réalisation pensée, il y a une histoire à proprement parler ; les bases du documentaire étaient déjà posées.

Aller, laisser les bobines rouler !

N’oubliez pas de vous abonner à notre chaîne en cliquant ici !
Et si vous aimez Sci&Fi, n’hésitez pas à nous rejoindre sur Facebook ou sur Twitter !
Explorons le passé, interrogeons le présent et rêvons le futur sur Sci&Fi.
Adrien et Hans pour Sci&Fi, transmission terminée…

Un nouveau venu dans notre famille

Il est assez peu commun d’ajouter un nouveau membre à la famille Homo, mais c’est pourtant ce qui arriva l’année dernière. Homo naledi, un parent de notre espèce jusqu’alors inconnu a été ajouté à l’arbre évolutif déjà complexe du genre Homo. A Sci&Fi, nous aurions aimés que cet autre humain soit encore présent de nos jours, ne serait-ce pas fantastique d’avoir un miroir de notre propre humanité à cette époque qui est la nôtre ? Qui sait comment l’Histoire se serait déroulée alors ? Mais trêve de digression revenons en au sujet…

Assemblage d'un fossile d Homo naledi

Homo naledi, assemblage de certains des ossements retrouvés (image tirée de Berger et al.)

Plus de 15 000 fragments de squelettes représentant au moins 15 individus ; (suite…)

Un poil ancestral

Fossil of Spinolestes

Restes fossilisés de Spinolestes xenarthrosus

Voici Spinolestes xenarthrosus, ou fur ball (la boule de poil) comme les média l’ont surnommé. Mais cela ne lui rend pas justice car cet ancien animal est la preuve la plus ancienne de nombreux traits. Bien qu’il soit difficile de l’apprécier sur la photo, il possède un des éléments les plus basiques qui identifie les mammifère modernes : les poils. En effet, sa peau et son pelage sont très semblable à ceux des mammifères actuels, jusque là rien d’extraordinaire si ce n’est que celui a 125 millions d’années !
Il y a quelques détails intéressants concernant cet animal. (suite…)

Une indétectable coopération

Certaines découvertes n’attendent que d’être faites. En 2012, l’une d’entre elles a été faite sur une dalle de pierre datée de 453 à 458 millions d’années qui reposait dans un musée depuis plus d’un siècle. Sur celle-ci a été découvert une colonie de plancton préhistorique où les espaces occupés par les différents individus sont en fait connectés entre eux. Une particularité unique à cette espèce ou étant passée inaperçue chez les espèces parentes de celle-ci.
Graptolite specimen - Dicranograptus aff. ramosus

(suite…)

La plus ancienne plante terrestre

Plus vieux fossiles de plantes - spores d'hépatiquesCe que vous contemplez ici sont les restes de plantes les plus anciens jamais découverts. En réalité, il s’agit de spores (de cryptospores pour être exact) ne faisant pas plus de 40 micromètres de large et provenant d’au moins cinq espèces différentes. En datant les roches les contenant, l’on a pu s’apercevoir que celles-ci avaient entre 471 et 473 millions d’années ! Aucunes des espèces produisant ces spores n’a survécu jusqu’à aujourd’hui ; mais leurs descendantes, elles, ont perduré. Elles forment une clade (“très grand groupe d’animaux ou de plantes descendant d’ancêtres communs”, Larousse.fr) de plantes primitives, (suite…)

Le son du Silence

Vous êtes-vous déjà interrogés sur le Silence, à quoi cela correspond physiquement et biologiquement ? A Sci&Fi, la curiosité nous a poussé à chercher à mieux comprendre le Silence.

Voici une infographie qui vous en dit un peu plus.

Le son du Silence

Références :
Silence sur Wikipédia (Fr)
Acuité Auditive sur Wikipédia (Fr)
Acuité Visuelle sur Wikipédia (Fr)
Musical imagerie: Sound of silence activates auditory cortex par David J. M. Kraemer, C. Neil Macrae1, Adam E. Green & William M. Kelley Brief Communications, Nature 434, 158 (10 March 2005).
Neuroscience 2nd Edition, Chapitre « The Auditory Cortex » Purves D, Augustine GJ, Fitzpatrick D, et al.

Crédits visuels :
Image du cerveau et de l’activité de celui-ci tiré de Sound of silence activates auditory cortex (voir Référence Bibliographique).
Représentation sous forme d’un signal électronique d’un silence entre deux son, réalisé par Hans Bodart pour Sci&Fi (CC-BY-NC-SA).
Diagramme des intensités sonores, librement inspirée de « échelle des niveaux sonores dB SPL » par l’utilisateur wikimédia PolBr, réalisé par Hans Bodart pour Sci&Fi.

Si vous arrivez jusqu’en bas de cette page et que vous lisez ces lignes, sachez que cette infographie fait partie d’un diptyque sur le Silence et le Bruit, le second sera diffusé prochainement ! 🙂